Archives du mot-clé délinquance

« Donnez-moi une seconde chance »

Après 9 ans de prison pour agression et vol à main armée, Maurice P., 39 ans ne parvient pas à se réinsérer dans sa région du Vaucluse. Alors il écrit au mrs où il a été déjà suivi en 2001 alors qu’il était en liberté provisoire pour la même affaire. Il décrit sa dérive, conduite en état d’ivresse, bagarre, bref son impuissance à retrouver comme il dit : «ma route de citoyen». Il assure qu’il veut tirer un trait sur son passé de délinquant.
« Donnez-moi une seconde chance, même si je suis un boulet » conclut-il.

Chargé de cette mission, Michel Servais, accueillant au mrs, raconte :
« je lui écris carrément qu’après un enfermement aussi long ce passage du Midi à Paris où tout est plus difficile me paraît aléatoire. Comment affronter l’isolement, la recherche d’un logement et d’un travail !
Toutefois je positive et l’assure qu’un nouveau redémarrage est possible s’il accepte les conséquences de sa décision. Ce qu’il fait.
« En octobre 2013, il débarque à Paris avec son barda et se loge à ses frais comme convenu, l’idée étant de stimuler son autonomie. Il arrive enfin au mrs dont une chambre d’hôtel finit par se libérer. Bénéficiaire du RSA, il participe à son hébergement à hauteur de 2 € / nuit et se nourrit lui-même. Le mrs l’aide pour ses transports, mais surtout je l’incite à chercher du travail.

 

Là-dessus, j’apprends qu’il a raté deux rendez-vous importants à Pôle Emploi et au SPIP(1). Je monte aussitôt au créneau et je recadre explicitement les choses : « si vous ne jouez pas le jeu, j’arrête tout ».

Et comme il me trouve trop exigeant, je mets cartes sur table : « si vous voulez un changement total, si vous voulez que cela marche, il faut que vous preniez le train avec moi ».
« On a redémarré ensemble et la chance aidant, le CHRS (2) « le Verlan », contacté, le prend en hébergement de longue durée. Enfin le jackpot, les nombreuses démarches débouchent sur un poste dans les espaces verts payé 800 euros par mois.

Je l’ai vu remotivé, content de se réinscrire dans l’emploi. Il a pu le dire à son père : « voilà, je travaille, j’existe ». Il travaille depuis bientôt un an mais il a tendance à se relaxer, il est moins emballé, il souhaite trouver un travail plus qualifié, je dois l’appeler, le relancer même si je comprends ses difficultés.

L’homme qui a passé tant d’années en prison ne vieillit pas comme tout le monde : il vieillit en âge mais pas en raisonnement. En prison, il est comme à l’arrêt, loin des contraintes de la vie normale :

  • il ne prend pas de décision
  • il est réveillé à l’heure, mange à l’heure, part en promenade à l’heure.
  • Il obéit, il est irresponsable.

Alors certes je l’ai aidé pour le logement et le travail mais comme je suis ancien visiteur de prison, je l’ai aussi beaucoup écouté. Il est très sensible à cette écoute, une première pour lui.

« Il y a encore du travail sur la planche et notamment mettre en place avec le SPIP un échéancier raisonnable pour régler les 40000€ qu’il doit à la partie civile. Je ne le vois plus, je lui téléphone amicalement, je l’accompagne et bien sûr le CHRS, Le Verlan, qui a pris le relais, le reçoit chaque mois en entretien. Je dois dire aussi que je suis heureux que le mrs m’ait permis d’accomplir ce travail. Le mrs est dans le « Faire». Il permet à des personnes de retrouver la citoyenneté».

1 – SPIP : Service pénitentiaire d’insertion et de probation
2 – CHRS : Centre d’hébergement et de réinsertion sociale

Cliquez ici pour télécharger la totalité de la Lettre du MRS (n°27 – novembre 2014)

Formation des premiers CPIP à l’ENAP

Philippe POTTIER, directeur de l’ENAP depuis janvier 2013, formera les premiers conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP), au cœur de la réforme sur la peine de probation (qui doit être adoptée par le Parlement avant l’été).

Ainsi, 1 000 nouveaux CPIP vont être accueillis en septembre à l’Ecole nationale de l’administration pénitentiaire d’Agen.

Le métier des conseillers d’insertion « est un métier spécifique : l’accompagnement de personnes délinquantes, dans le cadre d’une peine, vers la sortie de délinquance. »

Lire l’article complet sur libertes.blog.lemonde.fr