Edito Lettre du mrs 2015 « Parler vrai ce n’est pas du théâtre »

Parler « vrai », ce n’est pas du théâtre

Mener un entretien de qualité n’est pas aisé, c’est pourtant le préalable à toute construction  d’un itinéraire  d’insertion.
Un entretien au mrs : deux acteurs, l’accueillant (mrs) et l’accueilli (sortant de prison).
Deux rôles bien distincts : l’aidant et l’aidé.
Une scène : un bureau de quelques mètres carrés. Une durée : quarante cinq minutes à une heure environ.
L’enjeu est de faire de ce temps un espace de parole vraie.
L’aidé n’a pas l’habitude d’être écouté pour ce qu’il est. Il se rend à des entretiens « obligatoires » pour des démarches administratives ou professionnelles, dont il espère un résultat immédiat et concret. Il est souvent écouté mais pas toujours entendu.
L’aidant, l’accueillant mrs, bien que formé à l’écoute, à l’entretien, doit s’adapter à chaque sortant de prison, chaque histoire de vie, chaque situation. Il doit adapter sa posture mais aussi son langage, afin d’être réellement compris.
Comment instaurer un dialogue dans cette relation a priori inégale, et éviter la juxtaposition ou l’alternance de deux monologues ? Comment permettre à « l’aidé » de se sentir accueilli ?
La première condition est que chacun des deux acteurs soit lui-même. Aucun des deux ne doit être amené à jouer un personnage qui serait pour l’accueilli le gros dur insensible ou bien le faible malade qui se fait plaindre, et pour l’accueillant celui qui sait toujours ce qu’il faut faire et détient la vérité.
La deuxième est de s’exprimer sincèrement. L’expression passe par le langage mais aussi par le corps. L’accueillant doit veiller à la posture de son corps, elle n’est pas neutre dans la relation.  La lecture de l’expression non verbale de l’accueilli est indispensable notamment si son vocabulaire est limité.
La troisième est que chacun des protagonistes accepte l’autre pour ce qu’il est, sans préjugé ; l’accueillant doit pour sa part s’efforcer d’adopter une attitude empreinte d’empathie qui favorise la compréhension, une attitude d’ouverture et de tolérance qui favorise la parole vraie. La quatrième est de faire confiance a priori. Ce peut être difficile pour l’accueilli qui vit parfois dans un monde où l’on ne fait confiance à personne, ce peut également être difficile pour l’accueillant s’il a plusieurs fois été échaudé, voire manipulé, il peut alors être sur la défensive.

Même si ces conditions, d’égale importance, sont remplies, l’accueillant et l’accueilli doivent accepter que la bonne compréhension des problèmes, l’élaboration des solutions et leur mise en place nécessitent une collaboration dans la durée.
Il faut du temps.
Du temps pour écouter, pour découvrir, pour construire une relation plus authentique. Du temps pour faire surgir des demandes plus larges et faire surgir le meilleur. Du temps pour poser un cadre rassurant, propice à un vrai dialogue.

C’est le quotidien des accueillants mrs qui, bien formés, le font avec beaucoup d’engagement, et accompagnent les sortants de prison dans leur réinsertion sociale et professionnelle.

Claire Tranchimand

MRS – Orientations pour 2015

L’objectif principal est constant : améliorer la qualité du suivi des accueillis pour leur permettre de surmonter l’épreuve des premiers mois qui suivent la sortie de détention, ou la condamnation à une peine alternative.

Dans cette optique :

Formation accrue dans tous les domaines

Par exemple, projet de formation complémentaire dans le domaine de la santé, afin de faciliter le suivi et l’orientation des personnes présentant des troubles du comportement, et dans le domaine de la recherche d’emploi pour encourager l’utilisation régulière des nouveaux outils informatiques dédiés.

Créer ou renforcer des liens forts pour un réel partenariat avec quelques structures associatives :

  • dans le domaine de l’hébergement avec l’Îlot, COALLIA,
  • dans le domaine de l’emploi avec l’AFPA ou l’association Justice 2ème Chance (J2C) avec laquelle des discussions sont en cours, et la participation à SPILE (sortir de prison, intégrer l’entreprise, pour la promotion de la Charte de la réinsertion des sortants de prison, dans le but de sensibiliser grandes et petites entreprises, aux problèmes d’emploi que rencontrent plus particulièrement les personnes sortant de détention)
  • partenariat avec des lieux de soins

Lire la suite

MRS – Réalisations des projets 2014 et travail des commissions

 L’insertion professionnelle

La commission emploi a atteint deux objectifs :

1/ consolider et élargir les partenariats établis l’année précédente :

une note partenariat à disposition de tous les référents recense l’ensemble de ces partenariats avec une actualisation des différents contacts et coordonnées pour chaque organisme.

Rapprochement avec certains partenaires emploi, notamment Sodexo justice et les ateliers d’insertion de l’Îlot.

2/ mettre en place de façon pratique et facilement accessible les outils nécessaires à la recherche d’emploi par un accès direct sur les ordinateurs des antennes :

notre partenariat emploi, programme mensuel des Maisons de l’emploi, offres d’emploi reçues directement par le mrs, lien avec le site « réseau CIP » regroupant tous les sites utiles en matière de recherche d’emploi, lien avec le logiciel CVtae pour établir facilement un CV, etc.

Rappelons, comme les années précédentes, que les emplois publics, même peu qualifiés, sont interdits, de droit ou de fait, à ceux qui «ont un casier ».

Lire la suite

MRS – Activité 2014

Stabilité de l’activité globale du mrs

Activité globale

Avec 600 personnes orientées vers le mrs, libérées définitivement ou sous main de justice, le nombre d’accueillis est légère baisse, alors que le nombre d’entretiens est stable.
Les accueillis au mrs sont toujours majoritairement adressés par les SPIP (Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation).

MRS_activite-globale-2014

Activité SID

Les équipes du mrs ont poursuivi leurs actions de préparation à la sortie de détention dans les établissements de Fresnes, Fleury-Mérogis, La Santé, Nanterre et Villepinte.

A noter que la Maison d’Arrêt de la Santé ayant fermé ses portes pour rénovation en cours d’année, l’activité mrs y a été moindre.

Lire la suite

France Bleu Saint-Maur : bientôt un centre de réinsertion pour ex-détenus

Une ferme abandonnée à Saint-Maur, près de Châteauroux, est actuellement transformée en centre de réinsertion pour détenus tout juste sortis de prison.

A son ouverture en octobre ce sera l’un des trois établissements de ce type en France.

Lire tout l’article de France Bleu Berry

La difficile réinsertion des détenus par le travail en débat à la Chancellerie

Comment améliorer la réinsertion des détenus par le travail ?

L’association «Justice deuxième chance», qui tente depuis deux ans de relever ce défi, a réuni mardi à la Chancellerie les intervenants de ce dossier pour un débat clôturé par Robert Badinter.

Lire l’article de « Paris-Normandie »