Être bénévole

L’esprit de l’entretien

Un climat de confiance

Savoir créer, dès le premier entretien, un climat de confiance qui accompagne naturellement une démarche libre

Ce premier accueil est très important, car si un bon contact a été établi, le sortant de prison reviendra avec une bonne motivation.

L’accueilli se trouve en position de demandeur et il peut arriver qu’il s’efforce de se mettre en valeur vis-à-vis de l’accueillant. Une écoute attentive et bienveillante est alors nécessaire, afin que l’accueilli se sente considéré.

Il a sa personnalité, son histoire souvent chaotique, et surtout sa dignité – dignité fortement mise à l’épreuve en prison. Il doit avoir l’impression de retrouver cette dignité devant l’accueillant.

S’abstenir de tout jugement sur les motifs de l’incarcération et sur la décision de justice le concernant. Il a subi sa peine et il est donc, sous réserve des conditions accompagnant éventuellement sa libération, « en règle avec la société ».

Prendre en compte l’importance des facteurs psychologiques, culturels et familiaux, après la désocialisation qu’il a subie lors de sa détention.

Le convaincre qu’il n’est plus seul, qu’il a la capacité de s’en sortir et que l’avenir lui est toujours ouvert, s’il en a la volonté.

Savoir le persuader qu’il est l’acteur de son avenir…