Archives du mot-clé bénévolat

« Donnez-moi une seconde chance »

Après 9 ans de prison pour agression et vol à main armée, Maurice P., 39 ans ne parvient pas à se réinsérer dans sa région du Vaucluse. Alors il écrit au mrs où il a été déjà suivi en 2001 alors qu’il était en liberté provisoire pour la même affaire. Il décrit sa dérive, conduite en état d’ivresse, bagarre, bref son impuissance à retrouver comme il dit : «ma route de citoyen». Il assure qu’il veut tirer un trait sur son passé de délinquant.
« Donnez-moi une seconde chance, même si je suis un boulet » conclut-il.

Chargé de cette mission, Michel Servais, accueillant au mrs, raconte :
« je lui écris carrément qu’après un enfermement aussi long ce passage du Midi à Paris où tout est plus difficile me paraît aléatoire. Comment affronter l’isolement, la recherche d’un logement et d’un travail !
Toutefois je positive et l’assure qu’un nouveau redémarrage est possible s’il accepte les conséquences de sa décision. Ce qu’il fait.
« En octobre 2013, il débarque à Paris avec son barda et se loge à ses frais comme convenu, l’idée étant de stimuler son autonomie. Il arrive enfin au mrs dont une chambre d’hôtel finit par se libérer. Bénéficiaire du RSA, il participe à son hébergement à hauteur de 2 € / nuit et se nourrit lui-même. Le mrs l’aide pour ses transports, mais surtout je l’incite à chercher du travail.

 

Là-dessus, j’apprends qu’il a raté deux rendez-vous importants à Pôle Emploi et au SPIP(1). Je monte aussitôt au créneau et je recadre explicitement les choses : « si vous ne jouez pas le jeu, j’arrête tout ».

Et comme il me trouve trop exigeant, je mets cartes sur table : « si vous voulez un changement total, si vous voulez que cela marche, il faut que vous preniez le train avec moi ».
« On a redémarré ensemble et la chance aidant, le CHRS (2) « le Verlan », contacté, le prend en hébergement de longue durée. Enfin le jackpot, les nombreuses démarches débouchent sur un poste dans les espaces verts payé 800 euros par mois.

Je l’ai vu remotivé, content de se réinscrire dans l’emploi. Il a pu le dire à son père : « voilà, je travaille, j’existe ». Il travaille depuis bientôt un an mais il a tendance à se relaxer, il est moins emballé, il souhaite trouver un travail plus qualifié, je dois l’appeler, le relancer même si je comprends ses difficultés.

L’homme qui a passé tant d’années en prison ne vieillit pas comme tout le monde : il vieillit en âge mais pas en raisonnement. En prison, il est comme à l’arrêt, loin des contraintes de la vie normale :

  • il ne prend pas de décision
  • il est réveillé à l’heure, mange à l’heure, part en promenade à l’heure.
  • Il obéit, il est irresponsable.

Alors certes je l’ai aidé pour le logement et le travail mais comme je suis ancien visiteur de prison, je l’ai aussi beaucoup écouté. Il est très sensible à cette écoute, une première pour lui.

« Il y a encore du travail sur la planche et notamment mettre en place avec le SPIP un échéancier raisonnable pour régler les 40000€ qu’il doit à la partie civile. Je ne le vois plus, je lui téléphone amicalement, je l’accompagne et bien sûr le CHRS, Le Verlan, qui a pris le relais, le reçoit chaque mois en entretien. Je dois dire aussi que je suis heureux que le mrs m’ait permis d’accomplir ce travail. Le mrs est dans le « Faire». Il permet à des personnes de retrouver la citoyenneté».

1 – SPIP : Service pénitentiaire d’insertion et de probation
2 – CHRS : Centre d’hébergement et de réinsertion sociale

Cliquez ici pour télécharger la totalité de la Lettre du MRS (n°27 – novembre 2014)

Être bénévole au mrs : témoignage de Andrea Rosselli del Turco

Ancien banquier, Andrea Rosselli del Turco, 66 ans, est bénévole au mrs depuis 4 ans. Il est aujourd’hui Président du mrs 93 en banlieue parisienne.

Comment avez-vous connu le mrs ?
En lisant une petite annonce dans le magazine de la ville de Paris  » A nous Paris ». Je faisais déjà du bénévolat en m’occupant de micro-crédit à l’intention des jeunes de Saint-Denis mais j’avais encore du temps.

Pourquoi choisir une association vouée aux sortants de prison ?
Ce qui m’intéresse c’est le challenge, le défi et parce que j’ai le temps, la santé, assez pour vivre, je cherche des défis pour essayer d’être utile.

J’ai bénéficié d’une bonne formation avant d’entrer en contact avec les sortants de prison et je regrette qu’une partie de mon temps soit dédiée à des tâches administratives, certes indispensables, alors que je préfère de beaucoup les entretiens directs avec les ex-détenus. C’est le plus intéressant.

Qu’est-ce qui est le plus difficile ?
Quand on ne peut rien faire pour une personne qui vient nous demander de l’aide. Trop âgée pour être insérée, trop d’alcool ou autres drogues, trop de bobards visant à nous mener en bateau… A un moment c’est impossible d’aller plus loin, de construire et il faut dire «c’est fini». C’est très dur car ces personnes ont, plus que d’autres, besoin d’aide mais ce n’est pas le travail du mrs
.
Qu’est-ce qui est le plus gratifiant ?
Quand on réussit à loger l’un de nos accueillis, à lui trouver un travail, quand on reçoit un merci, ce qui est rare. Alors c’est la joie.

En fait nous réussissons si la sortie de prison a été bien préparée par le SPIP(1) et par les accueillants du mrs 93 qui interviennent dans les Maisons d’Arrêt de Villepinte et de Fleury-Mérogis.

Et bien sûr, si la personne montre un comportement positif et si la chance nous est favorable. Par exemple une de nos chambres qui se libère au bon moment, ce qui évite à un sortant de prison de dormir dans la rue.

Est-ce que vous sentez utile ?
Oui, parce qu’en aidant des personnes à retrouver une place dans la société nous luttons contre la récidive.

Oui, aussi quand nous arrivons à inciter organismes publics, entreprises et particuliers à soutenir financièrement nos actions, notamment l’hébergement.

Enfin, même si nous ne réinsérons que 25 à 30% des accueillis, c’est une réussite formidable, magnifique. Nous avons remis des gens dans le courant de la vie ; c’est cela qui paye. Ce travail d’équipe auquel je consacre une partie de ma semaine me donne beaucoup de satisfaction.
J’encourage d’ailleurs ceux qui me lisent à nous rejoindre.

1 – SPIP Service pénitentiaire d’insertion et de probation

Cliquez ici pour télécharger la totalité de la Lettre du MRS (n°27 – novembre 2014)